Le Gabon de Fernand Grébert Gabon
les " Albums Africains " rédigés par Fernand Grébert au Gabon entre 1913 et 1932. Il s'agit du plus important manuscrit jamais écrit sur cette partie de l'Afrique.
 
  Art décoratif Tschokwe Tschokwe
un catalogue intitulé " Art décoratif Tshokwe, La Collection Henrique Quirino da Fonseca ". portant sur une des plus importantes collections particulière d'objets Tshokwe.
 
  Guide Art Tribal - Europe Guide Art Tribal
"L'Art Tribal en Europe", le premier ouvrage bilingue qui dresse la carte de l'art tribal dans toute l'Europe.
 
   
Le Parcours des mondes change de mains
Articles de presse
  Le Journal des Arts, revue du MEG - Mme Roxana Azlmi

Art Tribal et le Parcours des Mondes« C'est une petite année», murmure un marchand du Parcours des mondes - la mani­festation d'arts primitifs organi­sée chaque année en septembre dans les galeries du quartier de la rue de Seine, déconfit par l'attentisme des collectionneurs dans un contexte économique en berne. Les plus irascibles sont toutefois satisfaits d'une chose: le rachat par la revue Art Tribal, d'un salon créé voilà six ans par Rik Gadella sur le modèle de Brussels Non European Art Fair (Bruneaf).
Depuis un bon moment, une passation des pouvoirs était dans l'air. Rumeurs proportionnelles à la grogne des exposants sur la pauvreté des services qui leur étaient offerts. L'arrivée de Pierre Moos à la barre réjouit du coup les professionnels. «Je veux faire une sélection plus draconienne, mettre en place un plan marketing jusque ­là inexistant, changer le format du catalogue et la charte graphique, améliorer la promotion », égrène l'intéressé. Le salon sera proba­blement rebaptisé « le Parcours », libellé plus simple pour les étran­gers. La prochaine édition pourrait d'ailleurs se coupler avec une expo­sition particulière, peut-être d'une collection privée, dans un espace proche de Saint-Germain-des-Prés. La nouvelle équipe songe aussi à exporter la formule dans d'autres villes, notamment aux États-Unis, ce probablement dès 2009.  Il faut enfin trouver une pa­rade contre le régiment croissant des galeries parasites, lesquelles se greffent à la manifestation avec une marchandise parfois sujette à caution, et sans débourser un kopeck. Faute de pouvoir mar­quer les intrus au fer rouge, le marchand Anthony Meyer (Paris) avait trouvé cette année une so­lution avec des affiches « Officiai exhibitors» destinées à labelliser les participants du Parcours. Délaissant l'univers des foires, Rik Gadella compte pour sa part s'installer en octobre au Laos, pour y créer. .. un jardin. Crise de la quarantaine ou révélation zen? Pas totalement, puisqu'il emmène aussi dans ses cartons un projet lié à l'édition et l'archi­tecture. À suivre.

 
   
Les Mâles se cachent pour souffrir
Articles de presse

 
Le Matin, 19 août 2007 - G.Comby

"Les hommes ne restent jamais muets lorsqu’il s’agit de sport, de politique ou de séduire une femme. Mais par contre ils ne parlent pas de leurs problèmes de santé". Le Dr Nicolas Langloh le sait bien: ce silence coûte très cher.

A tous les âges de la vie adulte, les hommes affichent un taux de mortalité plus élevé que les femmes. A partir de la cinquantaine, leur probabilité de développer une maladie mortelle (cancer du poumon, du colon, de l’estomac, de la vessie, etc. ) ou d’être victimes de problèmes cardiovasculaires est supérieure. Et leur espérance de vie est, en Suisse, en moyenne de six ans inférieure à celle des femmes (77 et 83 ans)
Bien sûr, certaines personnes présentent des prédispositions génétiques à certaines pathologies. Pour autant, le comportement masculin n’est pas étranger à ce déséquilibre entre les sexes. Les accidents de la circulation, de travail, la consommation d’alcool, les actes de violence font nettement plus de dégât chez les hommes. Des hommes qui, pour couronner le tout, ont une fâcheuse tendance à négliger leur santé.

«Serre les dents!»
«C’est peut-être en train de changer, mais à mon époque un garçon n’avait pas le droit de pleurer, de montrer sa douleur. On lui disait plutôt «serre les dents!». Adulte, l’homme se dit qu’il n’a pas le droit de montrer ses faiblesses. Etre malade, avoir un pépin de santé, c’est une sorte de faiblesse», relève Nicolas Langloh, auteur du livre Les mâles se cachent pour souffrir.
Conséquence: les hommes se rendent moins souvent chez le médecin, pour des contrôles préventifs ou pour un problème. Certains repoussent la visite médicale aussi longtemps que possible. A en croire une étude américaine menée par le Harvard Men’s Health Watch, une publication spécialisée dans l’approche masculine les problèmes de santé, ce serait la devise d’un homme sur quatre!

Contrôle gynécologique de routine
«Un de mes amis a souffert de problèmes urinaires pendant des années sans en parler, se souvient Nicolas Langloh. Un jour, il s’est retrouvé dans l’avion, aux toilettes, incapable d’uriner tellement il avait mal. L’avion a finalement dû effectuer une halte qui n’était pas prévue pour qu’il puisse être emmené à l’hôpital où il a été opéré d’urgence de la prostate. Nous étions amis, j’étais médecin, mais il ne m’avait rien dit. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que les hommes rechignent à parler de leurs problèmes de santé».
Et ce déficit de communication ne s’arrête pas à l’entrée du cabinet médical, selon le praticien bâlois: «Souvent, le médecin est aussi un homme. Or un homme n’aime pas avouer tout ce qu’il a à un autre homme. C’est d’autant plus difficile, que les praticiens parlent parfois une autre langue que leur patient Ils peinent à expliquer les problèmes pour qu’ils soient compris. Et là où une femme sera beaucoup moins inhibée pour demander plus d’explication, un homme ne va pas oser. Même s’il n’a pas compris».

Mais il n’y a pas que la fierté ou la pudeur. Les hommes sont moins «rôdés» au contrôle médical que les femmes qui, pour la plupart, effectuent une consultation gynécologique de routine chaque année. Une visite lors de laquelle le spécialiste peut également diagnostiquer d’autres problèmes, tels que diabète ou dépression.
La prévention a, par ailleurs, longtemps eu tendance à se focaliser plutôt sur les problèmes féminins, comme le cancer du sein. Mais une réflexion différenciée en fonction des sexes commence à émerger. Depuis 2001, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) possède un service exclusivement dédié à la «santé de la femme et de l’homme». La fondation pour la promotion de la santé Radix travaille également sur la question, avec en ligne de mire notamment une sensibilisation des professionnels du domaine médical et social aux spécificités masculines, la promotion de la santé au sein de l’entreprise.

«Atteindre les hommes, trouver une manière de faire passer un message de prévention, de les rendre conscients de leurs comportements en matière de santé est une question centrale dans notre approche masculine de la santé», explique Nadia von Holzen, collaboratrice scientifique à l’OFSP.

Une évolution nécessaire pour éviter le parcours malheureusement trop banal que résume Nicolas Langloh, en forçant à peine le trait: «Jusqu’à la cinquantaine, l’homme est tellement occupé à réussir dans son métier qu’il ignore sa santé. Puis à partir de 50 ans, un malaise cardiaque et il se rend compte des péchés du passé: trop d’alcool, de stress, une alimentation trop grasse, pas assez d’exercice physique…» Même s’il n’est jamais trop tard pour se remettre sur le bon chemin, mieux vaut s’y prendre le plus tôt possible, rappelle le médecin.

Les Américains prônent la «Viagra visit»
Les femmes ont leur consultation annuelle chez le gynécologue, mais les hommes, eux, n’ont pas ce genre de rendez-vous régulier. Pour «réintégrer» les mâles dans le système de santé, certains médecins outre-Atlantique évoquent désormais la «visite Viagra».
Pourquoi évoquer la célèbre pilule bleue? En 2006, une étude canadienne démontrait que les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile présentaient un risque 50% plus élevé que les autres de développer un diabète ou d’être victimes d’accidents cardiovasculaires. Les pannes systématiques de virilité peuvent donc être des signes avant-coureurs de problèmes plus graves. Mais la visite médicale destinée à obtenir un lot de pilules contre l’impuissance pourrait également offrir l’opportunité d’établir un diagnostic plus large, tout en sensibilisant efficacement le patient sur le fait qu’une mauvaise hygiène de vie peut mettre en péril son instrument viril.

«Pour obtenir ce genre de médicament, il faut une ordonnance, donc une visite médicale, durant laquelle le praticien se renseigne sur l’état cardiovasculaire et urologique du patient, explique le Dr Nicolas Langloh. Ça peut être utile. Mais avec ou sans Viagra, si, à partir de 50 ans, les hommes consultaient une fois par an un urologue ou simplement un généraliste, on obtiendrait déjà des effets bénéfiques en termes de santé.
Le Gabon de Ferdinand Grébert 1913 - 1932
Articles de presse
TOTEM, revue du MEG - Mme Geneviève Perret

Ami et collègue d'Albert Schweitzer, Fernand Grébert a passé une vingtaine d'années au cœur de la forêt équatoriale. Il y a appris la langue " pahouin " et est devenu un témoin actif et privilégié des changements irréversibles subits par cette culture ancestrale.

"Le Gabon de Fernand Grébert 1913-1932" est un témoignage unique et poétique du Gabon du début du Xxe siècle. Il est fondé sur les " Albums Africains " de Fernand Grébert qui y sont reproduits in extenso. Entre 1913 et 1932 et au gré de ses tournées, des rencontres et des opportunités, Fernand Grébert a croqué avec précision, humour et poésie, paysages et scènes de vie dans ses fameux albums de dessins. Ceux-ci comportent 360 pages illustrées de plus de 1500 dessins originaux à la gouache, à la plume et au crayon. Il y traite de manière approfondie de la population, de la culture, de la flore et de la faune du Gabon ancien. A son retour d'Afrique il qualifiera ses albums de "document unique sur une civilisation en disparition "

La nouvelle publication du Musée d'ethnographie de Genève et des Éditions D reproduit l'ensemble de l'œuvre dessinée du Pasteur Grebert complétée par deux textes. D'une part, Claude Savary, ancien conservateur au Musée d'ethnographie de Genève, retrace le parcours de Fernand Grébert, et d'autre part, Louis Perrois, ethnologue africaniste, replace le travail de Grébert dans le contexte de l'époque coloniale. Louis Perrois a également prêté son expertise pour commenter les 300 planches de dessins annotés par Fernand Grébert.

[...]

Le Soir
Home Nouveauté Magazine Art Tribal Contact
Copyright (c) 2008 EditionsD. All rights reserved.